Taliban dans la neige, et autres forçats perdus dans le blizzard

Publié le par Kilgore

>> Présenté il y a quelques jours à Venise, voici le dernier Jerzy Skolimowski (le fameux revenant polonais sorti de sa tanière il y a deux ans, pour 4 nuits avec Anna ; quelle hâte, soudain...), Essential Killing, soit la traque d'un taliban capturé/exfiltré par la CIA vers une de ses bases secrètes/évadé suite à un accident, au milieu d'hostiles et blanches forêts d'Europe Centrale.

Pas une seule ligne de dialogue dans ce film non pas muet mais mutique, porté par un autre "excentrique" revenu il y a peu de - presque - nulle part (sans atteindre les 17 ans d'éclipse, quand même), Vincent Gallo, lequel présentait également son troisième long (enfin, 1h15 seulement) à la Mostra, "l'expérimental" Promises Written In Water, et a consciencieusement annulé la conférence de presse du film, fidèle à sa réputation de paria.

Bref, à noter dans un coin de sa tête, probablement.

 

 
>> Dans le genre survie de prisonniers en milieu extrême, mais sur un autre registre, était aussi présenté The Ditch (Le Fossé), première fiction-mais-attention-tirée-de faits-réels du documentariste chinois Wang Bing, qui reconstitue le calvaire subi par les internés "droitistes" d'un camp de rééducation (ou plutôt  de son "annexe", où furent transférés les survivants du camp de Jiabiangou, en 1960) perdu dans le désert de Gobi. Trois mois d'épreuve, 1500 candidats au départ, 300 sur la ligne d'arrivée... Apparemment, L'Archipel du goulag, à côté, c'est les notes de prod' de L'Île de la tentation. Le tout ayant été, bien entendu, tourné clandestinement (cela va devenir un genre à part entière, au pays de Mao). Très favorablement accueilli sur le Lido, le film mérite visiblement qu'on l'attende.
L'occasion de rappeler qu'on crève d'impatience de voir le prochain Peter Weir, The Way Back, qui sortira en décembre prochain : soit l'histoire (là aussi "vraie") de soldats détenus dans un goulag sibérien (d'un paradis socialiste l'autre...) qui s'évadent et se fadent 10 000 kms de territoires hostiles pour rallier l'Inde, avec Colin Farrell, Ed Harris et Mark Strong en tête d'affiche.
   
Mise à jour (13/09/2010) : Essential Killing a donc été gratifié par le tarantinesque jury de la Mostra du prix spécial,  tandis que le spectre vénitien de Vincent Gallo (cela dit, les fantômes, eux, apparaissent) ne daignait pas venir chercher la Coupe Volpi du meilleur acteur. 

Publié dans Florilège

Commenter cet article