Bien senti

Publié le par Kilgore

>> http://content8.flixster.com/photo/40/55/61/4055614_tml.jpgExcellente initiative que celle de l'équipe de Filmactu, qui a recueilli le sentiment de Christophe Gans sur Avatar

A voir ici :
http://www.filmsactu.com/news-cinema-avatar-analyse-du-film-par-christophe-gans-8472.htm


>> Autre réaction notable, celle du toujours très sagace Steven Spielberg (quand ce type vous dit qu'un truc va marcher, vous pouvez le croire sur parole, cf dernièrement Paranormal Activity), voir ici : http://www.slashfilm.com/2009/12/18/steven-spielbergs-reaction-to-avatar/ .
Tant qu'on est sur Slashfilm, on peut aussi jeter un coup d'oeil au papier d'Hunter Stephenson (attention, c'est  pas de l'anglais de manuel de conversation...) : http://www.slashfilm.com/2009/12/19/hunters-avatar-review-james-cameron-succeeds-where-the-prequels-and-the-hurt-locker-failed/

>> A part ça, le film marche formidablement bien (avec 77 millions de dollars pour le premier WE aux USA, et non 73 comme annoncé dans un premier temps, malgré une tempête de neige qui a paralysé la côté Est, il fait jeu égal avec  I Am Legend , le recordman pour un démarrage au mois de décembre,  et récolte déjà 242,5 millions de dollars à travers le monde (record pour un film qui n'est pas une suite). Autant dire que c'est parti sur des bases stratosphériques. 77 millions, c'est certes à peine plus que le score de Twilight 2 - avec 1500 écrans de plus - lors de son seul premier jour, mais la durée de vie d'Avatar s'annonce incomparablement plus longue, du fait de l'arrivée des congés de Noël qui devraient booster le phénomène, de critiques dithyrambiques et d'un bouche-à-oreille exceptionnel, la preuve avec ce chiffre intéressant : là où le troisième volet du Seigneur des Anneaux, sorti à la même période en 2003, accusait une baisse de 15% de sa fréquentation du samedi au dimanche dans les salles américaines, Avatar ne baisse que de 3%, presque du jamais vu. La concurrence ne s'annonçant pas trop rude (on ne voit guère que le Sherlock Holmes de Guy Ritchie, qui sort le 25 décembre aux USA, mais seulement début février en France), le tsunami risque de déferler un bon moment, et de continuer à faire péter les records - c'est l'histoire du lapin Duracell : alors que nombre de superprods s'essouflent somme toute rapidement, on sent qu'ici le phénomène va au contraire se maintenir et prendre de l'ampleur. En tout cas, contrairement à ce qu'affirmaient certains pessimistes, le film n'est clairement pas "clivant".
Dernier chiffre, derrière la Russie, la France est le second marché étranger pour ce qui est des recettes (20,3 millions de $). Pour toutes les stats, voir ici l'article de Variety.




Publié dans Florilège

Commenter cet article