A l'origine... 2

Publié le par Kilgore

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/70/32/50/19183664.jpg>> Le "héros" du formidable film de Xavier Giannoli refait parler de lui... Sequel ou pas sequel ? En attendant d'avoir la réponse, voir la dépêche AFP ci-dessous :

"Après avoir embobiné une commune de la Sarthe en prétendant relancer le chantier d'une autoroute, trame du film "A l'origine", l'escroc Philippe Berre a été interpellé dimanche en Charente-Maritime où il passait pour un agent venu aider les sinistrés de la tempête Xynthia.
   Plus de dix ans après sa première supercherie, c'est au volant d'un 4X4 kaki équipé d'un gyrophare que Philippe Berre, 56 ans, a débarqué le 3 mars au poste de commandement de Charron, une commune dévastée par la tempête.
   Il s'est présenté comme un fonctionnaire détaché du ministère de l'Agriculture avec de l'expérience en matière de déblaiement et nettoyage, raconte le maire, Jean-François Faget.
   "Il avait l'air sympathique et je n'avais aucune raison de me méfier", se souvient l'élu charentais.
   Pendant quelques jours, l'escroc, qui a été condamné à cinq ans d'emprisonnement par le tribunal de Mâcon dans l'affaire qui a inspiré le film "A l'origine", a transporté des hauts fonctionnaires à bord de son véhicule tout terrain, volé quelques jours auparavant.
   "Il s'est rendu utile mais n'a jamais eu aucun contact avec les sinistrés", explique M. Faget.
   Mais dimanche, l'élu est intrigué par le comportement de ce soi-disant ingénieur. "Je l'entendais parler de matériel qu'il souhaitait commander", se rappelle l'édile. Aussitôt, il décroche son téléphone pour s'assurer auprès de la préfecture que ce curieux personnage a "bien les pleins pouvoirs" pour agir.
   Dans la foulée, les gendarmes interpellent M. Berre, aussitôt placé en garde à vue à Marans. Un mandat de dépôt devait lui être notifié mardi après-midi en vue de son incarcération dans un établissement pénitentiaire à Vivonne (Vienne), selon une source proche de l'enquête.

   "Il venait vraisemblablement pour se rendre utile, mais à quelles fins? Je ne le sais pas et est-ce que lui-même le sait ?", s'est interrogé mardi Xavier Giannoli, qui s'était inspiré de sa vie pour son film.
   "C'est toute l'étrangeté de ce personnage complexe, contradictoire, qui dit beaucoup de choses sur notre époque", estime le réalisateur qui l'avait rencontré récemment.
   "Il avait repris contact avec moi il y a quelques semaines. J'ignorais qu'il était recherché, je n'avais plus de nouvelles de lui depuis une dizaine d'années, je pensais même qu'il avait disparu", a déclaré le cinéaste à l'AFP qualifiant ce contact d'"amical".
   Sous-titré "Est-ce un escroc ou héros ?", "+A l'origine+ est librement inspiré d'une période de sa vie; il propose une interprétation de sa personnalité complexe; il en donne une vision que j'espère humaniste", dit Xavier Giannoli, qui a enquêté sur son escroquerie sarthoise datant des années 1990.
   Le 11 novembre, au moment de la sortie du film, l'arnaqueur, qui est interprété par François Cluzet, était dans la nature.
   "Je crois qu'il n'a pas vu +A l'origine+, mais il en a beaucoup entendu parler. J'étais étonné qu'il ne se manifeste pas pendant le Festival de Cannes", où le film était en lice pour la Palme d'or l'an dernier.
   "Il me disait toujours: +L'important pour moi, c'était que vous montriez que j'ai bien fait mon travail+", a conclu le cinéaste.
   Au moment de la sortie du long métrage, l'escroc était condamné à cinq ans de prison pour des faits commis dans l'Aube mais aussi dans d'autres départements, selon le quotidien Sud Ouest qui a révélé cette interpellation.
   Le jugement avait été rendu par défaut car il ne s'était pas présenté à la barre.
"

A suivre...



Publié dans Florilège

Commenter cet article